Passer au contenu

Panier

Votre panier est vide

Franck Cazenave

Poussé par l’instinct et un goût pour la performance, dont on retrouve l’énergie expressive dans ses couleurs franches et dynamiques, Franck Cazenave propose des œuvres d’une force poétique aux multiples niveaux de lecture. Sans jamais rien imposer mais en proposant un dialogue permanent avec la matière, les motifs, les formes, le peintre et plasticien navigue sur la douce frontière entre fantasme et réalité. Ami d’enfance des fondateurs de Colector, avec qui il a également suivi le même cursus artistique, c’est tout naturellement qu’il apporte ses couleurs instinctives à Colector.

Peux-tu nous présenter la sélection de tes œuvres disponibles chez Colector ?

Les œuvres sélectionnées pour Colector concernent particulièrement notre rapport au vivant, à la nature, à l’eau et à l’Océan en particulier. Le rapport à la couleur et à la lumière, omniprésentes dans mon travail, sera également au cœur de cette sélection. Le rapport au territoire, au Pays Basque et à Biarritz ma ville d’origine aussi.

Qu’est-ce que tu aimerais que tes œuvres inspirent à ceux qui les découvrent ?

Je souhaite que mes œuvres dialoguent avec celles et ceux qui les découvrent, qu’elles les invitent à un regard, un regard peut-être situé entre interrogation et méditation. Il est très important pour moi que mes recherches ne donnent pas de réponse, ne “fassent pas discours“, qu’elles soient de l’ordre de l’interpellation, une interpellation douce, poétique, mais profonde j’espère. Cette interpellation questionne notre «Je» contemporain, notre rapport à la nature, au temps, à la métamorphose...

Quelles sont tes grandes influences artistiques ?

Je n’ai pas à proprement parler de grande influence artistique mais bien sûr certains courants me parlent particulièrement : citons la Renaissance, l'impressionnisme, le fauvisme, le colorfield... Je ne citerai pas d’artiste, il y en a tant que j’admire. En revanche, je cite volontiers cet ouvrage d’entretiens entre David Hockney et Martin Gayford : On ne reporte pas le Printemps (Seuil, 2021), un livre récent qui m’a beaucoup marqué et qui dit beaucoup de l’importance de notre regard au-delà des techniques artistiques utilisées.